EICC : l’ANCCCC lance une série de formations à de l’Université de Dosso

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Photo de famille lors du lancement de la formation

L’Association Nigérienne des Ciné-Clubs et Critiques du Cinéma (ANCCCC) a lancé le 17 septembre à l’Université de Dosso une série de formations dans le cadre d’un projet intitulé “Éducation à l’Image et à la Critique Cinématographique” (EICC). C’est le directeur de l’Institut Universitaire de Technologie, M. Souley Goubékoye qui a donné le coup d’envoi de cette formation conduite par Dr Youssoufa Halidou Harouna et Souley Moutari, respectivement président et secrétaire chargé de la formation de l’ANCCCC, également journalistes et critiques de cinéma. Les bénéficiaires de la formation sont des étudiants de la filière « journaliste reporter d’images ».

L’activité initiée et mise en œuvre par l’ANCCCC consistant en une série de formations-projections débats s’inscrit dans le cadre du programme « Expression Citoyenne », soutenu par l’Ambassade de France au Niger. L’Éducation à l’Image et à la Critique Cinématographique(EICC) vise à susciter la culture cinématographique chez les jeunes, les initier à la lecture du film à travers toutes les étapes de sa fabrication, les outiller pour une consommation responsable des images en vue d’un développement culturel et socio-économique. Il s’agit aussi de susciter l’expression citoyenne à travers les séances thématiques de projection-débat ouvertes au public. 

Le président de l’ANCCCC, le directeur de l’IUT, et le représentant des étudiants

Le directeur de l’Institut Universitaire de Technologie de Dosso, M. Souley Goubékoye s’est félicité du choix porté sur leur institution pour le démarrage de cette série de Formations en “Éducation à l’Image et à la Critique Cinématographique” (EICC). Il a salué l’initiative de l’ANCCCC visant « à former les jeunes dans un domaine qui a pris son envol partout et dans lequel le Niger est entrain d’émerger ». M. Souley Goubékoye a expliqué à l’attention des 10 étudiants sélectionnés pour suivre la formation que leur choix n’est pas fortuit car basé sur leurs résultats académiques. Dr Souley Goubékoye leur a demandé de bien s’appliquer afin de capitaliser cette expérience pour la suite de leurs cursus et carrière.

De son côté,  le président de l’Association Nigérienne des Ciné-clubs et Critiques du Cinéma, Dr Youssoufa Halidou Harouna a relevé que « la consommation des images de toutes sortes grâce aux technologies de l’information et de la communication, à travers les Smartphones, devient un enjeu sociétal ». Aussi, a-t-il ajouté, on note plusieurs dérives, atteintes à la pudeur, insultes, diffamations, fausses informations, des comportements punis par la loi. Pour le président de l’ANCCCC les formations au langage cinématographique, à la critique cinématographique, à la pratique audiovisuelle contribueront à une consommation responsable des images. L’Education à l’Image et à la Critique Cinématographique (EICCC) participera aussi au développement du cinéma, à l’utilisation des plateformes de visionnement, la connaissance des différents genres de cinéma et de films. Dans ce sens l’implantation des Ciné-Clubs est prévue dans les établissement scolaires  et universités partenaires.  

Le représentant des étudiants à l’Université de Dosso, M. Abdoulkarim Niandou Harouna a exprimé à l’ANCCCC la reconnaissance de ses camarades pour l’organisation de cette formation. Cela, a-t-il dit, va dans le sens de la promotion du talent de la jeunesse nigérienne. « C’est un honneur pour l’université de Dosso d’accueillir la première séance de cette activité », a affirmé M. Abdoulkarim Niandou Harouna.

Lors de la formation à l’IUT de Dosso

Trois séances au rythme d’une par mois sont prévues dans la mise en œuvre du programme sur l’Éducation à l’Image et à la Critique Cinématographique(EICC), dont les bénéficiaires sont des étudiants en journalisme à l’Université de Dosso et ceux de l’IFTIC et de l’INJS/C à Niamey.

L’ANCCCC a signé une convention de partenariat avec le cinéaste nigérien Moussa Hamadou Djingarey pour la diffusion de ses films lors des séances de projections-debats. Pour la séance inaugurale de Dosso c’est le long métrage Le Pagne qui a été projeté après la partie théorique animée par Souley Moutari et Dr Youssoufa Halidou Harouna sur l’introduction à la critique cinématographique et les différentes fonctions de l’image. Sorti en 2016, Le Pagne est une fiction(Drame) sur des plusieurs thèmes dont les problèmes les violences sur les filles, la déscolarisation, les grossesses précoces et non désirées, la séquestration des femmes, l’homicide, la justice, bref les abus de toutes sortes sont abordés dans ce film qui semble incarner un mélodrame…

A propos de l’ANCCC
Autorisée à exercer par l’Arrêté N°480/MISP/ACR/DGAPJ/DLP du 15 juillet 2015, l’ANCCC veut entre autres contribuer à faire connaitre la culture nigérienne au niveau national et international à travers les projections cinématographiques, les médias, les critiques dans les revues, les festivals ; sensibiliser, éduquer et former les cinéphiles, les cinéastes, les populations, sur l’histoire du cinéma, l’écriture cinématographique, former les jeunes dans les professions cinématographiques, etc.

 Mousoul

D'autres articles

Tafé Fanga ? Le Pouvoir du pagne ?

Commençons par la fin. Non par esprit de contradiction ostentatoire, mais par souci d’efficacité ! La représentation est terminée. Une séance d’échanges avec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entrez en contact avec nous!