« Jaa Bari » : regard sur le rôle écologique de la création photographique

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Après son concept de « photo hennè », l’Association Yamarou Photo fidèle à ses démarches exploratrices, propose cette fois-ci aux photographes maliens sa nouvelle trouvaille : la technique de « Jaa Bari ». C’est avec beaucoup de bonheur que les amoureux de la photographie ont assisté le 6 août 2021, au vernissage de l’exposition de restitution d’un atelier de 4 mois, qui a vu la matérialisation de la technique du « Jaa Bari », ou collage du sable sur les photos,  en cours d’exploration depuis 2018.

« Dans sa volonté de se démarquer de la pratique photographique courante et qui vise à insuffler un nouveau dynamisme à la création artistique, mais surtout à mettre à la disposition des photographes une source d’inspiration féconde et inépuisable, Yamarou Photo a voulu en initiant le projet ‘’Jaa Bari’’ apporter sa contribution à la lutte contre l’ensablement de nos cours d’eau, par l’utilisation des matériaux locaux dans la création artistique ». C’est en substance par ces mots que Seydou Camara, Président de l’Association Yamarou Photo et coordinateur du projet « Jaa Bari », a introduit le vernissage de l’exposition « Jaa Bari ».

Depuis 2018, rappelle Seydou Camara, Yamarou Photo a initié le projet de recherche « Jaa Bari » sur le concept photographie et matériaux locaux. « Par cette démarche, nous avons voulu porter notre regard interrogatif sur le rôle de la création photographique dans la gestion de l’environnement et l’écologie locale », indique-t-il.  Seydou Camara est convaincu que « le 21ème siècle qui avait été considéré comme le siècle des nouvelles technologies de l’information et de la communication, est en passe de devenir le siècle du changement climatique, avec des conséquences incalculables sur notre environnement, notamment nos cours d’eau par le phénomène de l’ensablement de leur lit ». Et, sans prétention aucune, des photographes maliens regroupés dans l’Association Yamarou Photo, inspirés par l’ensablement de nos cours d’eau, ont décidé d’expérimenter la technique du « Jaa Bari » ou collage du sable sur les photos.

La photographe Kani Sissoko qui pose devant ses œuvres

La technique du « Jaa Bari » consiste à coller du sable fin coloré sur les photos de sorte à obtenir une œuvre d’art originale, précise Seydou Camara. « Elle a une originalité toute particulière parce qu’elle tente adapter les produits locaux artisanaux dans la production artistique », poursuit-t-il. Mais, la technique demande une certaine maîtrise des couleurs, beaucoup hardiesse dans le coloriage et l’assemblage du sable avec les photos, relève Seydou Camara. Au regard des œuvres exposées,  l’on peut affirmer que pour un coup d’essai, ce fut un coup de maîtres. Douze artistes, des photographes comme des plasticiens (Al Fousséni Konaté, Anna N’diaye, Baco Coulibaly, Boubacar Coulibaly, Djénéba Togo, Kani Sissoko, Moussa Tolo, Sadia Fofana, Sadio Coulibaly, Seydou Camara et Sidiki Haïdara), ont rivalisé de créativité et d’ardeur pour présenter 37 œuvres de belle facture, qui rassurent sur l’avenir de cette technique.

« Pour arriver à ce résultat, pendant 4 mois le projet qui a bénéficié du soutien de la Fondation DOEN, s’est déroulé en 2 étapes. Une première, consacrée à l’apprentissage théorique des notions de coloriage et d’assemblage des couleurs et des matériaux. Ensuite, une seconde phase axée sur la maîtrise de la technique de collage sur les photographies »,  explique Seydou Camara. Et, au regard du résultat, Yamarou Photo ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. « Tout projet est perfectible. Yamarou Photo ne va pas s’arrêter à ce premier résultat. Elle va continuer les recherches, approfondir et consolider les acquis pour faire de ce projet une véritable source d’inspiration », assure Seydou Camara. «Après cette phase expérimentale, nous allons procéder à une large diffusion de nos résultats auprès des professionnels et autres usagers de la photographie en éditant des catalogues et en mettant à profit la presse pour véhiculer le projet », annonce-t-il.

Une vue d’ensemble des artistes qui ont participé à l’atelier

« Les résultats auxquels vous êtes parvenus, à travers le projet ‘’Jaa Bari’’, sont le fruit d’intenses échanges d’expériences et de techniques visant à faire de la photographie et des arts visuels un vecteur du développement harmonieux et durable », estime Tidiane Sangaré, Directeur Général de la Maison Africaine de la Photographie, représentant le Ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme. Il salue ainsi les efforts de recherche et de création menés par l’Association Yamarou Photo. « Forte de la synergie d’actions de ses artistes membres, Yamarou Photo ne cesse d’entreprendre des initiatives innovantes en vue du développement de la création photographique », fait-il remarquer.   Mieux, pour lui, les activités de l’Association Yamarou Photo contribuent, au renforcement des capacités des acteurs du secteur de la photographie au Mali, à travers de multiples ateliers de formation, master-class, workshop et autres performances artistiques. « Le département en charge de la Culture, salue et encourage cette initiative qui s’inscrit dans le cadre de la promotion de la création artistique en général et celle de la photographie en particulier », se réjouit Tidiane Sangaré.  

Assane Koné

D'autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entrez en contact avec nous!