”Miss Poro City” : un concours de beauté pour célébrer la femme et valoriser la culture

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La finale de la première édition de ”Miss Poro City” est annoncée pour le samedi 17 octobre 2020 au Complexe Hôtelier Olympe de Korhogo, capitale de la région du Poro. Mais il y a d’abord un avant-goût de cette fête dédiée à la beauté le 24 septembre au Palace Bar, une des plus grandes boites de nuit de la région, avec la présélection des douze candidates qui seront à la conquête de la couronne du Poro. 
Affiche de la 1ère édition de Miss Poro City

« Miss Poro City  est le premier grand concours de beauté jamais organisé dans la région du Poro », assure la journaliste Gnele Soro promotrice de cet événement organisé par l’entreprise Fiesta Prod avec l’accompagnement AFRIKFASHION MAGAZINE. L’objectif principal de ce concours de beauté qui se veut un outil de promotion du genre, ajoute-t-elle, est de «valoriser la culture senoufo et promouvoir l’émancipation des femmes de la région ».

Pour prendre part à cette compétition qui suscite déjà de l’engouement chez les filles de la région les candidates sont passent le 24 septembre une épreuve de présélection basée sur des critères précis. Ces filles doivent être âgées de 18 ans à 25 ans, mesurer 1m70 au minimum, avoir également au moins le niveau de classe de 3ème. Elles doivent aussi satisfaire aux critères relatifs à la démarche et posture, la diction, la capacité de persuasion, avoir des connaissances en culture générale. A l’issue de ce processus, les 12 filles présélectionnées seront départagées le 17 octobre lors de la soirée où la lauréate de la couronne Miss Poro City ; les 1ère et 2ème  dauphines ; les Miss Alliance et Miss Solidarité seront connues. Il y a au programme de cette première édition une chorégraphie d’ensemble des 12 candidates, leurs passages en tenues traditionnelles, tenues olympiques, tenues de soirée, de l’animation avec des prestations d’artistes, avant l’annonce des résultats du concours. L’accès à cette soirée qui promet d’être grandiose est gratuit et des célébrités sont annoncées dont l’ambassadrice de la beauté sénoufo Ami Raissa Soro, Miss N’Zassa sénoufo 2017.

Mlle Gnele Soro, promotrice de concours Miss Poro City
Mlle Gnele Soro, promotrice de concours Miss Poro City

« Notre objectif est non seulement de faire du concept «Miss Poro City », un évènement incontournable dans le calendrier des évènements les plus populaires du Poro, mais également de faire de la Miss Poro City, une ambassadrice de la beauté, la positionner comme un exemple de réussite et une grande source d’inspiration pour la jeunesse féminine. C’est pourquoi la Miss Poro City devra avoir un minimum de niveau intellectuel car elle sera invitée à représenter la région dans plusieurs projets éducatifs et sociaux », explique Mlle Gnele Soro. Des actions sont programmées dans ce sens en marge de l’événement avec notamment une donation de vivres à l’orphelinat de Korhogo, une distribution de kits scolaires à l’école de Jeunes Filles de M’Bengué.

Célébrer la  beauté, promouvoir l’excellence et valoriser la culture

Située au nord de la Côte d’Ivoire, la région du Poro constitue un important pôle touristique pour le pays. La zone possède de nombreux sites dont le village des tisserands de Waraniélé, le mont Korhogo, le musée Péléforo Gon Coulibaly. Relevant la nécessité de la valorisation des femmes et de l’éducation, du genre dans la région, les organisateurs de cette première édition de Miss Poro City ont voulu placer l’événement sous le thème “scolarisation et autonomie de la jeune fille sénoufo”. Les candidates devront ainsi réfléchir et argumenter afin de proposer des pistes de solutions à cette problématique. Être Ambassadrice de la beauté sénoufo, c’est s’engager aussi  pour la scolarisation. La Miss Poro City devra mener des actions dans ce sens durant son mandat. «Nous pensons aussi qu’un tel évènement de promotion de la femme et de la beauté senoufo, permettra de célébrer l’excellence et le travail de nos artisans,  pour promouvoir le pagne tissé waraniélé, l’identité culturelle de la région », estime Mlle Gnele Soro.

Mousoul
MediaCulture.info

D'autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 4 =


Entrez en contact avec nous!