Moses Kibambe, jeune réalisateur congolais : porté par la passion du cinéma

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Étudiant en gestion des Entreprises, Moses Kibambe Kayaya, a plutôt sa vocation dans le cinéma, sa passion de toujours. « Je veux faire carrière dans le cinéma », affirme le jeune congolais âgé aujourd’hui de 21 ans. Il voit dans le 7ème art une réelle opportunité en termes de création d’emplois, malgré les défis à relever. MK comme il est surnommé, annonce pour 2021 la sortie de son premier long métrage, intitulé ” Monde Parallèle “.  

Moses Kibambe

Moses Kibambe

Conscient qu’il faut travailler dur pour s’affirmer dans le domaine où il ambitionne de faire carrière, Moses Kibambe y met l’énergie de sa jeunesse avec beaucoup d’enthousiasme. Né à Kananga dans la province du Kassaï occidental, le jeune homme parcourt la République Démocratique du Congo(RDC) au gré des affectations de son père militaire. En 2014, il a la chance de participer à une formation organisée à Mbuji-Mayi par le réalisateur français Karimben Salah. Après Kinshasa, Moses Kibambe trouve en 2016 dans l’Est du pays le terrain propice pour s’adonner à son activité favorite, se forme davantage grâce à Yole Africa, participe à des ateliers d’écriture, réalisation, et photographie. C’est cette année là que M.K réalise sa première œuvre, Salma, un film d’école dans lequel il a également joué. « Depuis mon très jeune âge, je voulais utiliser le cinéma comme moyen d’expression », confie, le jeune réalisateur.

Très actif depuis un peu plus de trois dans le domaine du cinéma, Moses Kibambe a pris part déjà à une vingtaine d’œuvres audiovisuelles. La sortie de son premier long métrage, intitulé  “Monde Parallèle” est prevue en 2021. Le film raconte l’histoire d’une jeune fille peintre appelée Anna, cherchant à conquérir le cœur d’Alan alors que celui-ci vénère Bryan.

Affiche du film
Affiche du film

De l’ambition, le jeune réalisateur en a à revendre. Il a fondé à Goma dans le nord Kivu les agences Drama Films Production et Laba Academy, un centre d’initiation qui forme depuis 2016 au métier d’acteur en vue de contribuer au développement des activités cinématographiques. L’agence fonctionne en collaboration avec d’autres structures présentes dans une vingtaine de pays africains.

Porté par sa passion, Moses Kibambe avance dans ses projets, faisant la navette entre Kinshassa, Goma, le siège de son agence et Lumumbashi où il réside. « Si la RDC s’affirme sur la scène musicale à travers le monde, le pays a également tous les atouts pour être une puissance dans le domaine du cinéma », soutient-il, convaincu de la capacité de son pays ce domaine. « Les cinéastes congolais ont de l’inspiration et  sont capables de rivaliser au même pied d’égalité que les réalisateurs des pays développés, même si faute des moyens financiers pour consolider le secteur de cinéma, ces hommes et femmes sont souvent méconnus », affirme-t-il. «Par le truchement du cinéma professionnel, la RDC peut se vendre, valoriser son secteur touristique », estime MK, qui  entend bien « apporter à travers le cinéma sa pierre au développement de son pays, et de l’Afrique ».


Mousoul
MediaCulture.info

D'autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 17 =


Entrez en contact avec nous!