Prix des cinq continents 2020 : l’auteure franco-rwandaise Beata Umubyeyi Mairesse primée pour son livre ” Tous tes enfants dispersés”

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le Prix des cinq continents de l’édition 2020 a été attribué ce 27 janvier 2021, à l’auteure franco-rwandaise Beata Umubyeyi Mairesse pour son roman “Tous tes enfants dispersés” paru aux éditions Autrement. Prévue en décembre dernier, la délibération du jury international du Prix des cinq continents 2020 a dû faire l’objet d’un report pour des raisons liées à la pandémie de Covid-19, précise le communiqué de presse publié par l’OIF.

« Ode à la transmission, à la pulsion de vie, ce roman d’une grande émotion contenue porte les voix de trois générations dans la mémoire des années génocidaires afin de retrouver un sens de la vie. Il y est question des retrouvailles douces-amères entre une vieille mère et sa fille qui avait pu échapper au génocide du Rwanda, occasion d’une évocation à la fois historique et intime de ces années cauchemardesques dont nous garderons mémoire grâce aux témoignages des poètes et des justes », a noté le Jury international, présidé par Paula Jacques.

Âgée aujourd’hui de 42 ans, Beata Umubyeyi Mairesse, la lauréate du Prix des cinq continents 2020 est née à Butare au Rwanda où elle a grandi. Elle est survivante du génocide des Tutsis au Rwanda de 1994. C’est en Juillet de cette année quelle arrive en France où elle commence des études littéraires. La jeune femme obtint ensuite un diplôme de l’Institut d’études politiques de Lille, puis un DESS en coopération internationale et développement à l’Université Panthéon-Sorbonne. Avant son premier roman, Tous tes enfants dispersés, paru à la rentrée littéraire 2019, Beata Umubyeyi Mairesse a publié son premier recueil de nouvelles, Ejo, mot qui signifie en kinyarwanda à la fois “hier” et “demain”. Ce texte qui raconte l’avant et l’après génocide des Tutsi au Rwanda, à travers des voix de femmes a obtenu entre autres, le prix François Augiéras en 2016. Lézardes, publié en 2017 est le second recueil de nouvelles de l’auteure.

Pour ce qui est de la mention spéciale du Jury, la récompense revient  à Paul Kawezak pour son roman Ténèbres publié aux éditions La Peuplade. Et le Jury de relever à propos du livre : « Le roman du franco-canadien Paul Kawzack écrit dans l’ombre portée de Joseph Conrad, est un texte puissant, décalé à souhait.  En 186O, le roi des Belges envoie son géomètre effectuer le tracé prétendument civilisateur du territoire colonisé du Congo soumis corps et âmes à l’enrichissement du colonisateur. « Ténèbres » inventorie comme au scalpel la barbarie de ce que l’Europe appelait alors le progrès ».

Doté d’un montant de 15 000 euros, pour le lauréat et de 5 000 euros pour la mention spéciale, le Prix des cinq continents, créé en 2001, permet de mettre en lumière des talents littéraires reflétant l’expression de la diversité culturelle et éditoriale en langue française sur les cinq continents. Ce prix permet également d’offrir à l’auteur(e) un rayonnement international. Le lauréat bénéficiera d’un accompagnement promotionnel pendant toute une année, l’OIF assurant sa participation à des rencontres littéraires, foires et salons internationaux identifiés de commun accord avec lui. La remise du Prix est prévue à Paris, au siège de l’Organisation internationale de la Francophonie, dans le courant du mois de mars, en marge de la Journée internationale de la Francophonie, le 20 mars 2021.

MediaCulture.info

D'autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 25 =


Entrez en contact avec nous!