Prix littéraire « Les Afriques» : Fiston MWANZA MUJILA lauréat pour son roman “La Danse du Vilain”

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Fiston-MWANZA-MUJILA

Le jury du Prix littéraire « Les Afriques » présidé par le professeur Ambroise KOM a déclaré ce 10 décembre l’écrivain Fiston MWANZA MUJILA de la République démocratique du Congo, lauréat de l’année 2021 pour son roman La Danse du Vilain publié en 2020 aux éditions Métailié.

Dans le roman primé Fiston MWANZA MUJILA évoque « principalement les thèmes de la migration inter-africaine, l’exploitation artisanale des richesses de leur sous-sol par les Africains et son corollaire : la détérioration constante de leurs conditions de vie ». Aussi, relève le communiqué publié par l’association LACENE Littéraire qui porte le Prix Les Afriques, il est question dans La Danse du Vilain « du fossé grandissant entre la population africaine et sa classe politique qui est la seule à s’enrichir ». Fiston Mwanza Mujila interroge également dans son roman la soi-disant jovialité des Africains en général et des Congolais en particulier, en convoquant par le biais de ses personnages, l’histoire des tragédies personnelles et collectives qui se cachent derrière un rire ou le rythme endiablé d’une danse… en l’occurrence celle du « vilain ». D’où cette interrogation : « Le rythme et la fête pour exorciser la vilénie de la vie ? »

Né en 1981 à Lubumbashi en République démocratique du Congo, Fiston Mwanza Mujila vit à Graz, en Autriche. Il se définit lui-même comme un enfant de la mine. « Dans mes romans, j’ai choisi de me situer en bas, du côté des mineurs, des creuseurs, des enfants des rues », dit-il.  Poète et romancier, La Danse du Vilain est son second roman après Tram 83 paru également chez Métailié. Fiston Mwanza Mujila a déjà un riche palmarès avec une dizaine de prix.

A propos du Prix “Les Afriques” :

Le prix littéraire «Les Afriques» a été créé en 2015 par l’association de lecteurs LACENE Littéraire. Ce prix est décerné une fois par an à un(e)écrivain(e) africain(e) ou afrodescendant(e) auteur (e) d’une fiction qui met en exergue une cause humaine, sociétale, idéologique, politique, culturelle, économique ou même historique en rapport avec l’Afrique ou sa diaspora. Le prix inclut une somme d’argent de 5300€, une œuvre d’art d’une valeur 3500€, l’achat de 100 exemplaires du livre primé ou l’acquisition des droits du livre primé pour la zone géographique d’Afrique subsaharienne francophone.

Cette année le jury du Prix a été présidé par le professeur Ambroise KOM. Les autres membres du jury sont Boubacar Boris DIOP (romancier, professeur de littérature), Koulsy LAMKO (romancier, professeur de littérature), Bourahima OUATTARA (écrivain et professeur de littérature), Sada KANE (journaliste, critique littéraire, promoteur littéraire), Alphoncine BOUYA (nouvelliste, romancière, ancienne haut fonctionnaire des Nations unies).

MediaCulture.info

D'autres articles

Tafé Fanga ? Le Pouvoir du pagne ?

Commençons par la fin. Non par esprit de contradiction ostentatoire, mais par souci d’efficacité ! La représentation est terminée. Une séance d’échanges avec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entrez en contact avec nous!