Clap Ivoire 2020 : les films du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Niger et du Sénégal primés

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le palmarès de la 20ème édition du festival-concours de courts métrages dénommé Clap Ivoire organisé par l’Office National du Cinéma de Côte d’Ivoire (ONAC-CI), a été proclamé le 18 Septembre à Abidjan. Les lauréats de cette compétition destinée aux ressortissants et résidents des pays membres de l’UEMOA sont cette année des réalisateurs et réalisatrices du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Niger.

Le palmarès de la phase international de la 20ème  Clap Ivoire
Le palmarès de la phase internationale de la 20ème édition de Clap Ivoire

Les projections des films en compétition pour l’édition 2020 se sont déroulées du 16 au 18 septembre sur le site https://onacci.ci/clap-ivoire-2020-en-ligne/. Ces films viennent des pays membres de l’UEMOA où les directions nationales des centres de la cinématographie ont procédé à leur sélection. Le festival Clap Ivoire vise entre autres à créer un cadre d’échanges et de rencontre entre professionnels et jeunes du secteur du cinéma et de l’audiovisuel ; déceler les jeunes talents; promouvoir l’intégration culturelle sous régionale; développer l’esprit de créativité, etc.

Pour ce qui est du palmarès, le Grand Prix Kodjo Eboucle a été remporté par la réalisatrice Kambou Hery Jemima Grâce de la Côte d’Ivoire avec son documentaire Binan –Douhô, au pays des danses Lobi.

Le Prix spécial de Mme la ministre de culture et de la francophonie revient à la réalisatrice béninoise Adjé Chabi Leila Olayemi avec sa fiction Orisha. Ce court métrage pose la problématique de la protection de l’environnement.  

Concernant le Prix de la meilleure fiction, c’est le film Palanteer M’bedd, du réalisateur Sénégalais Mamadou Diop qui a été primé. Ainsi qu’il est résumé, le film raconte l’histoire d’un «Peintre en manque d’inspiration, Moussa, qui déménage dans un nouveau quartier. A peine arrivé, il est intrigué par le calme qui règne dans sa ruelle. Il ne voit jamais ses voisins. Excepté cette jeune fille qui habite en face de chez lui. Une fille qu’il n’arrive à cerner. Le jour elle apparait devant lui voilée, et la nuit elle se dévoile complètement. La situation commence à virer à l’obsession pour Moussa. Cette jeune fille pourrait bien être sa nouvelle muse».  

Le jeune réalisateur nigérien Boubacar Djingarey Maïga figure aussi parmi les quatre lauréats de la phase internationale de Clap Ivoire 2020. Il remporte le Prix du meilleur documentaire avec son film Les Patrouilleurs. A travers ce documentaire de 13 mn sorti en 2020, le réalisateur évoque la situation que vivent les populations d’une commune du Nord du Mali, dans cette zone du Sahel confrontée à l’insécurité. Attaques à main armée, viols, passages à tabac, vandalismes, sont devenus le lot quotidien de ces populations martyrisées, qui suite à suite à une attaque qui a couté la vie à un vieillard, vont décider de s’organiser pour se défendre. Boubacar Djingarey Maïga montre  dans ce documentaire à travers des témoignages des hommes, femmes, jeunes, vieux, victimes ou leurs proches, des séquences de patrouilles, comment la jeunesse constituée en milice d’auto-défense tente de protéger les vies et les biens des populations.

Mousoul
MediaCulture.info


 

D'autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 20 =


Entrez en contact avec nous!