Omar B-Boy : « je gagne ma vie en dansant »

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Leader du groupe de danse Etran’S Crew, le jeune danseur nigérien Oumarou Abdou Maman alias Omar B-Boy doit son surnom au b-boying ou breakdance, ce style de danse caractérisé par ses mouvements de corps saccadés, son aspect acrobatique et ses figures au sol.

Omar B-Boy en action lors d’un Battle

Adolescent, Omar dansait juste pour le plaisir, se produisant sur les places publiques, dans les rues de Niamey, rappelle-t-il. Très tôt, le garçon fut repéré par le directeur artistique de Scar­face, un groupe de danse de Niamey qu’il intègre. Le jeune danseur travaille et répète ses gammes sans relâche pour améliorer ses mouvements et devenir un B-Boy professionnel. Omar va ainsi s’illustrer lors des compétitions au Niger, comme le Big Battle, Death Battle en remportant des prix. En 2012 le jeune danseur est sélectionné parmi les artistes chorégraphes nigériens  de la troupe de danse qui a représenté le Niger aux 7ème  jeux de la francophonie à Nice (France) en 2013. Parallèlement à sa scolarité qu’il poursuit jusqu’à la fin du secondaire, Omar suit des formations de renforcement de capacités en danse contemporaine, Traditionnelle.   

Champion Warriors Battle Niger International

À la tête du groupe Etran’s Crew qu’il a créé en 2016, le danseur s’est engagé véritablement dans une carrière de danseur professionnel, et est de plus en plus présent lors de grands événements artistiques comme les Warriors Battle Niger International(champion 2020), les 8ème jeux de la francophonie à Abidjan  pour la danse hip-hop et Battle ; le Steady Jam inter­national à Lagos Nigeria en catégorie 1 contre 1 Battle Break-Dance où il a été également champion en 2018, ou  le MASA.  .  

Âgé de 24 ans aujourd’hui, OBB reflète dans ses gestes une grande agilité, qu’il cultive grâce à  assiduité dans le sport. Des atouts qui lui permettent de faire sur scène ces gestes acrobatiques spectaculaires, confirmant ainsi son surnom de Omar B-Boy.  En plus du genre Break Dance, il maitrise également la danse Urbaine, Traditionnelle, Contemporaine. « Actuellement, je gagne ma vie dans la danse », confie OBB qui, il y a quelques années dansait juste pour le plaisir.

Omar B-Boy animant un atelier de danse

OBB partage son expérience avec d’autres  jeunes, auxquels il  essaie de communiquer les aspects positifs de la danse qui apporte la joie, permet au corps et à l’esprit de se relaxer, de reprendre espoir, ou goût à la vie.

Avec l’Association des Danseurs et Chorégraphes du Niger, Omar B-Boy, a initié en septembre dernier « Afro & Breaking Jam, un évènement artistique d’Afro dance et de break-danse qui se tient chaque deuxième vendredi du mois au CCFN Jean Rouch de Niamey.  « C’est un rendez-vous mensuel entre danseurs urbains et le public autour des concepts d’animation tels que les battles, les freestyles et des prestations de groupes de danse », précise Omar B-Boy au sujet de l’événement dont l’acte 3 a eu lieu le 13 novembre. 

À lire aussi https://mediaculture.info/afro-breaking-jam-au-ccfn-jean-rouch-de-niamey-lacte-01-valide/
Les membres du groupe Etran’S Crew lors de leur participation à une compétition à Bobo Dioulasso (Burkina Faso)

L’agenda de B-Boy est assez rempli pour les derniers mois de cette année avec un atelier de formation qu’il va animer à Maradi et Zinder à la fin du mois de novembre. Son groupe va participer aux compétitions de la fête de la république qui se tiennent dans la semaine du 18 décembre à Diffa. Pour boucler l’année Omar anime un atelier avec des réfugiés. Et pour démarrer 2021 l’artiste organisera avec le CCFN, la grande rencontre de danse, dénommée Warriors Battle international.


Mousoul
MediaCulture.info

D'autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 6 =


Entrez en contact avec nous!